EXPOSE SUR LE CONSTAT DES MALTRAITANCES

EXPOSE SUR LE CONSTAT DES MALTRAITANCES OU MALVEILLANCES DIVERSES
RENCONTRÉES SUR LE TERRAIN DANS L’EXERCICE DE NOS ACTIONS SUR L’ÎLE DE LA RÉUNION

Peu de courageux pour réellement enquêter sur ce sujet qui semblerait devoir rester tabou.
Un ‘roman noir’ sur l’île lorsqu’on prend connaissance chaque jour des cas qui nous sont signalés! Par cet exposé, notre Association A-S-I-G (Association Solidarité Inter Génération) tient avant tout à mettre en lumière toutes les souffrances que beaucoup d’hommes, de femmes, de personnes âgées malades ou handicapées, endurent dans des cas de maltraitance sévère physique ou morale et pas seulement du fait de leur famille mais aussi lorsque les administrations les abandonnent sans humanité et que les services
sociaux échouent dans leur mission.
Nous voulons sensibiliser l’opinion sur beaucoup de cas révoltants qui se passent sur notre île et ill!i dérangent.
En tant qu’acteurs de terrain, cela nous semble capital d’aider toutes ces personnes à se composer un meilleur avenir et à les aider à refaire surface en intervenant pour elles. Véritable challenge que celui que nous nous donnons depuis la création de notre Association car face à la machine infernale administrative, notre rôle associatif n’est pas facile à tenir lorsque nous osons dénoncer en connaissance de cause. Beaucoup d’administrations nous disqualifient pour faire taire le tumulte, notre activité est passée en revue, soupçonnée classée comme une espèce nuisible pour oser dénoncer ou se rebeller contre toutes ces injustices avérées.
Allons nous attendre que de nouveau une de ces personnes fasse la une des journaux lorsqu’on la
découvrira morte, assassinée, abandonnée dans l’indifférence ou la misère la plus totale. Négligence
évidente! Alors là, oui, l’indignation montera, se transformera en scandale, les bouches se délieront sur les médias, sur la radio Freedom comme tout récemment. Hélas, ce sera trop tard! Depuis longtemps nos politiques promettent des actions, des enquêtes sociales sont diligentées pour des évaluations mais semblent échouer. Du Bla Sla Bla, beaucoup de discours habile et trompeur pour flatter les citoyens! Comment est-ce arrivé? Pourquoi cette personne a-t-elle été négligée à ce point? Comment a-t-elle réussi à se fourrer dans un isolement pareil? Autant de questions qui restent sans réponse et que l’on tait.
Qui n’a jamais entendu de véritables horreurs sur ce sujet de maltraitances diverses mais devons nous nous résigner à ce monde de souffrance auquel nul n’y est d’ailleurs préparé. Comment regarder ailleurs, détourner les yeux devant ces injustices sociales et ces choses suffisamment graves pour que tous ces appels au secours (aide matérielle, aide financière, aide alimentaire, aide à certains soins médicaux, assistance à personne en danger, isolement, abandon, protection, insécurité, malveillances de toutes sortes, … ) visent à intervenir? Comment toutes ces personnes malades, âgées, handicapées, peuvent-elles survivre à tout cela? Qu’est-ce que cela va impliquer sur le long terme?
Ecœurées par les injustices sociales du système et le caractère odieux des pratiques qui lui sont imposées, notre Association, fondée sur des valeurs d’efficacité, de courage, d’abnégation, s’est résolue de parler, de révéler des faits, de dénoncer des méthodes et des mises en pratique par la législation française voir même par certains officiers publics et ministériels qui auraient rédigé des actes ou des contrats malveillants pour en tirer profit (litiges parcelles de terrain, permis de construire, … ) Pourtant les moyens de défense sont nombreux et souvent simples. Encore faut-il que chaque citoyen les connaisse mais sur notre île, n’oublions pas qu’encore beaucoup de personnes ne maîtrisent ni la lecture ni l’écriture.
Combien de jours, de mois, d’années, avant que toutes ces personnes maltraitées, spoliées, trouvent la force de se relever? Négligence, trahison, intimidation, dans un silence le plus complet pour tous ces êtres humains plein d’attente.
Constat est fait par toutes nos actions sur le terrain et par un nombre de plus en plus croissant de dossiers qui nous sont soumis, que toutes ces personnes qui supportent ces souffrances quotidiennes et cachent une angoisse épouvantable, ne voient plus d’avenir, ne comprennent pas pourquoi le destin a voulu que de la vie ils ne reçoivent que des injustices, des humiliations, des coups, des blessures ou des insultes.
Beaucoup d’entre eux, humiliés, cachent leurs propres difficultés pour se protéger eux-mêmes ou protéger leur famille et se renferment dans une solitude profonde. Beaucoup ont honte d’exiger des autres qu’ils leur tendent la main et, à l’impression de ne plus rien valoir, ont un sentiment de honte de ne plus pouvoir sortir de la misère dans laquelle ils sont tombés.
Peu ou pas de soin, d’amour, beaucoup supportent la faim, les humiliations, privés pour ainsi dire de tout rapport avec autrui, laissées là dans leur foyer. Evidente négligence? Évidente pour tous? L’état de santé de la plupart de ces personnes semble en être le résultat.
Beaucoup de leurs’bourreaux’ savent convaincre les services sociaux que rien n’est vrai, ces services
n’œuvrent alors que pour une soit disante amélioration du contexte familial sans vouloir obtenir davantage d’éléments. Certains de ces services sociaux ne seraient-ils qu’une simple garderie? Pourtant sur le terrain, nous constatons que lorsqu’une mise en confiance s’est installée entre nous et nos bénéficiaires, que de confessions choquantes, à peine croyables de la part de ces personnes, mais les preuves sont bien là !
Naïveté, peur, abandon, maltraitances, malveillances, dépressions nerveuses, menaces de suicide, sans oublier les méthodes terrifiantes et incroyables utilisées par ceux qui leur font souffrir le calvaire lorsqu’ils deviennent âgés, dépendants ou quand la maladie ou la vieillesse s’installe!
Bien des progrès sont encore à faire pour améliorer les relations entre les administrations, les services sociaux, les services de police et de gendarmerie et les associations. Mais y contribue-t-on en cherchant à discréditer certaines de nos actions associatives et en passant sous silence certaines réalités avérées sur le terrain? Les méthodes des administrations sont-elles constamment adaptées à l’évolution des mentalités et à la lutte des maltraitances de toutes sortes? Il semblerait que ces administrations se réfèrent plus aux méthodes d’investigation – évaluation – appréciation – de ses services sociaux qui suggèrent le plus souvent à leurs agents de suivre leur logique dans des enquêtes souvent excessives au nom de pratiques imposées. De qui se moque- t-on ?
Devrions nous alerter les médias en leur adressant très régulièrement les films ou les photos prises sur le terrain lors de nos interventions pour que tous nos politiques réagissent? Il semblerait que cela serait une bonne solution!
Faire échec à cette maltraitance souvent cachée est une nécessité. Ne pas rester silencieux ni spectateur par crainte d’intimidation ou de représailles. Dénoncer est un devoir, Agissez!
A quand des priorités humaines et sociales sur notre île pour toutes ces personnes âgées, malades ou handicapées oubliées !!
Par notre association nous apprenons à aimer l’attention aux autres, la modestie, à apporter de l’espoir. Mais c’est à nous tous, citoyens et politiques de réagir, la route est encore longue, alors ne les abandonnez pas!
Vous, parents, amis, voisins, membres associatifs, vous hésitez à parler, à apporter de l’aide, vous
tergiversez et finalement remettez à plus tard. Si vous avez un doute ne vous abstenez pas, si une situation vous scandalise ou vous révolte, appelez-nous, nous vous aiderons à ce que vos arguments solides ne perdent pas leur impact afin que toutes ces personnes meurtries retrouvent un peu de leur dignité.

Fait le 24 Juillet 2014 Association A-S-I-G
Président: Daniel FAIVRE
106, Chemin Bois de Nèfles
97424 PITON SAINT LEU
Tél. 02-62-34-94-37 Gsm ; 06-92-23-92-4

Publicités

Une injustice sociale Les régimes spéciaux de retraite.

Ce n’est pas de la jalousie mais une injustice sociale, de trop favorisé certains et de mépriser les travailleur manuel du privé,et les agriculteur
Les régimes spéciaux de retraite

Les régimes spéciaux de retraite sont les régimes dont la création est antérieure à celle du régime général de sécurité sociale (1945) et qui ont tenu à garder leurs spécificités. Il s’agit, essentiellement, des régimes de retraite du secteur public ou para-public. Les prestations de ces régimes sont souvent meilleures que celles des autres régimes et, en particulier, de celles du régime général des salariés du privé : cotisations moins élevées, taux de remplacement garanti, mode avantageux de calcul de la pension, possibilité de départs précoces à la retraite, etc.
Actuellement, il reste quinze régimes spéciaux en vigueur et qui ne sont pas en voie extinction. Il s’agit des régimes suivants :
– Fonctionnaires d’Etat,
– Fonctionnaires territoriaux et hospitaliers (CNRACL),
– Ouvriers d’Etat (FSPOEIE),
– SNCF,
– Industries électriques et gazières (IEG),
– RATP,
– Marins (ENIM),
– Mineurs (CANSSM),
– Banque de France,
– Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris (CCIP),
– Opéra national de Paris,
– Comédie française,
– Clercs et employés de notaires (CRPCEN),
– Ministres des cultes d’Alsace-Moselle,
– Assemblée nationale, Sénat et Conseil Economique et Sociale.
Le poids des régimes spéciaux en 2008
Nombre d’actifs affiliés
4 886 650
dont 344349 (SNCF, RATP, Industries électriques et gazières)
Nombre de bénéficiaires
3 832 812
dont 494 048 (SNCF, RATP, Industries électriques et gazières)
Charges
64,6 milliards d’euros
(dont 9,4 milliards d’euros SNCF, RATP, Industries électriques et gazières)
*Non compris les régimes de retraite de l’Assemblée nationale, du Sénat et du Conseil économique et social.
Source : Commission des comptes de la Sécurité sociale
1 124 régimes spéciaux sont toujours en vigueur mais 109 d’entre eux sont en voie d’extinction, c’est-à-dire qu’ils ne comptent plus de nouveaux affiliés. Parmi eux, on compte 102 régimes spéciaux des collectivités publiques d’Alsace et de Moselle, le régime des chemins de fer secondaires d’intérêt général et chemin de fer d’intérêt local (ex CAMR) et celui de la SEITA.
Pour aller à l’essentiel : élections – adossement – age de la retraite – allocation de solidarité – annuités – capitalisation – CSG – décote – départs anticipés – épargne retraite – fraude – inégalité public privé – minimum contributif – minimum vieillesse – Outre-mer – pénibilité – parlementaires – préretraite – rachat de trimestres – réforme – régimes spéciaux – retraite – retraite des élus – réversion – seniors – sncf
© Sauvegarde Retraites — Association à but non lucratif (loi du 1er juillet 1901)
Tous droits réservés — Enregistré à la CNIL sous le № 838452 en 2002
Sauvegarde Retraites — 53, rue Vivienne — 75002 Paris — 01 43 29 14 41

Réponse du Cabinet du Premier Ministre.

Voici la Réponse a ce courrier, Je lance cet appelle au secours, pour tous les personnes âgées surtout pour certains très pauvres
Reçu le 11/07/2014 a 20h
CABINET-PM Courrier

Monsieur,

Vous avez appelé l’attention du Premier Ministre sur la situation de certains retraités et sur celle des bénéficiaires de l’allocation de solidarité aux personnes âgés ou des personnes handicapées.

Soyez assuré qu’il a été pris connaissance de votre correspondance.

Le Gouvernement est sensible aux situations que vous évoquez.

La France s’est engagée dans un plan d’économies sans précédent de 50 milliards d’euros en trois ans concernant l’ensemble de ses dépenses publiques. Cet effort doit être équitablement réparti.

Dans ce cadre, il a été décidé de revaloriser les pensions de retraite avec un an de décalage, c’est-à-dire au 1er octobre 2015 et pas au 1er octobre 2014. Cette disposition exceptionnelle aura un effet limité sur le pouvoir d’achat des personnes concernées, en raison de la faible inflation.

Cet effort épargnera les retraités les plus modestes puisque cette mesure ne sera pas appliquée aux retraités percevant un montant total de pensions de retraite inférieur ou égal à 1 200€. De même, comme le Gouvernement s’y était engagé, le montant de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (minimum vieillesse) sera exceptionnellement revalorisé au 1eroctobre 2014, après la revalorisation déjà intervenue au 1er avril 2014.

Par ailleurs, s’agissant des petites retraites agricoles, le Gouvernement a pris les mesures mettant en œuvre les engagements pris dans le cadre de la réforme des retraites, avec notamment l’attribution de points gratuits de retraite complémentaire bénéficiant aux exploitants, conjoints et aides familiaux.

En outre, les retraités bénéficient d’ores et déjà de l’augmentation décidée en décembre 2013 du montant de l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé, qui a été porté de 500 à 550€ pour les personnes de plus de 60 ans.

Enfin, le Gouvernement mettra en œuvre dès 2014 une mesure d’allègement de l’impôt sur le revenu 2013 des ménages les plus modestes, qui bénéficiera à de nombreux retraités. Elle prendra la forme d’une réduction d’impôt de 350€ pour un célibataire et 700€ pour un couple, venant s’imputer automatiquement sur l’impôt sur le revenu dû par les contribuables. Elle sera apparente sur les avis d’imposition qui seront reçus cet automne.

Ces dispositions, représentent un engagement fort pour la collectivité nationale dans un moment où la contribution de tous est attendue pour le redressement du pays.

Je vous prie de croire, Monsieur, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Pour le Premier Ministre

Sébastien GROS
Chef de Cabinet

De : Daniel Faivre [mailto:dfaivre97424@gmail.com]
Envoyé : mardi 29 avril 2014 16:22
À : CABINET-PM Courrier
Cc : Jean-LUC Marx
Objet : Fwd: lettre définitive pour la commission européenne

Monsieur le Premier Ministre,

Je lance cet appelle au secours, pour tous les personnes âgées surtout pour certains très pauvres, des Retraites de 50€ 100€ 200€ ou 400€ des milliers qui n’on pas le revenus minimum Vieillesse (ASPA), et des handicapées, et grands malade, pourquoi cette grande misère avec toutes les aides qu’il devrait avoir, en cause les dysfonctionnements administratives le manque de motivation des personnels en place, Il leur manque une conscience professionnelle.
Une autre grande injustice, ces pauvres retraité agricole, qui survivent avec moins de 500€ mais parce qu’ils sont propriétaire d’une petite maison, l’état leur fait payer une taxe foncière
de 1600€ 3 mois de retraite pour des impôts, trop cher, et des taxes sur L’électricité des réformes sont a faire

Vous avez le pouvoir de remédier a faire diminuer cette misère
Recevez Monsieur le Premier Ministre mes sincères salutations