Injustice la terre appartient aux gros

1) Le colonage a disparu sur les terrains des gros propriétaires depuis peu, mais est-ce une raison pour expulser ceux qui y habitent encore?
2) Est-ce une raison pour que les nouveaux gros propriétaires, fiers de leurs appuis politiques, se chargent d’éliminer de leurs vastes propriétés de plus de 20 (vingt) hectares, la plupart du temps,  les enfants des anciens colons qui ne demandent que de garder les mille mètres carrés sur lesquels se trouve leur petite case, construite depuis plus de trente ans, par leurs parents?
3) Est-il normal qu’une banque puisse vendre un tel terrain, sans tenir compte de la présence de ces pauvres gens sur ce terrain, et que, une certaine société de soi disant aménagement foncier ne préempte pas alors, qu’elle est actuellement prête à préempter même sur un terrain de la grandeur d’un mouchoir?
4) Qui peut se vanter de trouver, ici, à la Réunion, un terrain de plus de vingt quatre hectares pour la somme dérisoire de trente trois mille Euro?
Somme qui pourrait être payée, par un éventuel acheteur pour un montant de 27. 000 (vingt sept mille) Euro, à peu prés,
                                                           par une société immobilière, oui, vous avez bien lu, pour un montant de 1.500 (mille cinq cent) Euro,
                                                           par, on ne sait qui, pour un montant de 4.500 (quatre mille cinq cent) Euro. TOUTE RESSEMBLANCE AVEC UNE SITUATION RÉELLE NE SERAIT QUE FORTUITE.
5) Comment un élu, occupant d’autres fonctions électives, peut-il cautionner la transformation d’une maison d’habitation, construite sans permis,en une bergerie pour procurer à l’un de ses administrés, une douzaine de poteaux électriques afin de pouvoir fournir l’électricité à des cabris à deux pattes?
6) Existe-t-il, à la Réunion, des hommes de loi: avocats ou autres, non esclaves de la puissance financière, capables de défendre les intérêts des nouveaux esclaves du vingt et unième siècle que les puissants de l’argent voudraient voir mourir dans des taudis urbains?
7) L’élu du paragraphe 5, a déjà envoyé un de ses agents à la rencontre des petits du paragraphe 2 afin de les expulser de chez eux.
                                                                                        HONTEUX… et on est en FRANCE
Publicités