Bonne année 2012 !

Bien que rien ne laisse entrevoir une amélioration dans l’immédiat de toutes ces crises que nous traversons (environnementale, sociale, économique, sanitaire, politique, …) et qu’au contraire nous pourrions penser que tout ceci nous fait converger vers un « clash » majeur, brutal et imminent, il est tout de même de coutume de souhaiter à tous une bonne année ! …

Voici donc pour entamer cette année, deux vidéos des plus beaux feux d’artifices au monde : Dubaï et Sydney (Australie). A Paris il n’y a pas eut de feux d’artifice cette année !

Les figures sont à couper le souffle, ce sont de vraies oeuvres visuelles et sonores (pour les spectateurs présents sur place surtout).

Feux d’artifice à Dubaï

Celui de Dubaï se déroule autour d’un bâtiment central, qui n’est autre que la tour la plus haute au monde actuellement, baptisée « Burj Khalifa« , avec ses 828 mètres de hauteurs, rien que ça !!

durée : 10 minutes 30

Feux d’artifice à Sydney

Il est réputé comme étant le feux d’artifice LE plus beau du monde, et se déroule dans la baie de Sydney autour du pont « Harbour« , qui fêtera son 80 ème anniversaire en mars 2012. Il est le pont le plus large au monde (48,8 mètres) pour y faire circuler train, automobiles et piétons, et ayant la plus haute arche en acier.

durée : 15 minutes (avec 1 minute de pub au début)

Si vous avez une bonne connection internet, n’hésitez pas à regarder la video en Haute Définition 720 pixels. Par défaut celle-ci se lancera en 360p, cliquez donc sur le chiffre « 360p », en bas à droite près du rectangle rouge servant au passage à désactiver les annotations gênantes, et sélectionnez « 720p HD ».

Chanson : L’indifférence, de Gilbert Bécaud

Article mis à jour le 30 décembre 2011

Les mauvais coups, les lâchetés

Quelle importance
Laisse-moi te dire
Laisse-moi te dire et te redire ce que tu sais
Ce qui détruit le monde c’est :
L’indifférence

Elle a rompu et corrompu
Même l’enfance
Un homme marche
Un homme marche, tombe, crève dans la rue
Eh bien personne ne l’a vu
L’indifférence

L’indifférence
Elle te tue à petits coups
L’indifférence
Tu es l’agneau, elle est le loup
L’indifférence
Un peu de haine, un peu d’amour
Mais quelque chose
L’indifférence
Chez toi tu n’es qu’un inconnu
L’indifférence
Tes enfants ne te parlent plus
L’indifférence
Tes vieux n’écoutent même plus
Quand tu leur causes

Vous vous aimez et vous avez
Un lit qui danse
Mais elle guette
Elle vous guette et joue au chat à la souris
Mon jour viendra qu’elle se dit
L’indifférence

L’indifférence
Elle te tue à petits coups
L’indifférence
Tu es l’agneau, elle est le loup
L’indifférence
Un peu de haine, un peu d’amour
Mais quelque chose

L’indifférence
Tu es cocu et tu t’en fous
L’indifférence
Elle fait ses petits dans la boue
L’indifférence
Y a plus de haine, y a plus d’amour
Y a plus grand-chose

L’indifférence
Avant qu’on en soit tous crevés
D’indifférence
Je voudrai la voir crucifier
L’indifférence
Qu’elle serait belle écartelée
L’indifférence

Chanson : La vie commence à 60 ans, de Tino Rossi

Comme autre fois nous l’avons été
La jeunesse est pressée
Elle a ses problèmes et ses soucis
Nous les avions aussi
L’existence est une affaire de patience
Où chaque âge a ses plaisirs
Où il faut savoir vieillir
Avec le sourire

REFRAIN

La vie commence à soixante ans
Quand on la connaît mieux qu’avant
Et que l’on a appris par coeur
Tous les raccourcis du bonheur
La vie commence à soixante ans
Quand on peut prendre enfin le temps
De répondre aux questions qu’on pose
De s’approcher plus près des choses

REFRAIN

de plus près des choses
La vie commence à soixante ans
Quand on se réveille en chantant
Avec une voix toute neuve
Et un moral à toute épreuve
Quand on a encore tout à faire
Gratter ses roses être grand-père
Chaque instant est un commencement
La vie commence à soixante ans
La vie commence à soixante ans

Comme autrefois nous l’avons été
La jeunesse est pressée
Elle a ses problèmes et ses soucis
Nous les avions aussi
L’existence est une affaire de patience
Où chaque âge a ses plaisirs
Où il faut savoir vieillir
Avec le sourire

Refrain
La vie commence à soixante ans
Quand on la connaît mieux qu’avant
Et que l’on a appris par coeur
Tous les raccourcis du bonheur

La vie commence à soixante ans
Quand on peut prendre enfin le temps
De répondre aux questions qu’on pose
De s’approcher plus près des choses

Les filles sont compliquées de nos jours
Elles le seront toujours
Toutes celles que j’ai connues dans le temps
M’en ont fait voir autant
Puis un jour un jour vient le grand amour
On fait le chemin à deux
Et la tendresse peu à peu
Nous rend plus heureux car…

Refrain
La vie commence à soixante ans
Quand on se réveille en chantant
Avec une voix toute neuve
Et un moral à toute épreuve

Quand on a encore tout à faire
Gratter ses roses être grand-père
Chaque instant est un commencement
La vie commence à soixante ans
La vie commence à soixante ans la la…

Chanson : Maintenant je sais, de Jean Gabin

Article mis à jour le 03 janvier 2012

Quand j’étais petit, haut comme trois pommes
Je parlais bien fort… pour être un homme
Je disais: « Je sais, je sais… je sais »
C’était le début, c’était le printemps
Et quand j’ai eu mes dix-huit ans
J’ai dit: « Je sais… ça y est, cette fois, je sais »

Et aujourd’hui, des jours, je me retourne
Je regarde la terre, où j’ai quand même fait les cent pas
Et je sais toujours pas comment elle tourne
Vers vingt-cinq ans, je savais tout
L’amour, les roses, la vie, les sous
Ben oui! L’amour… j’en avais fait tout le tour
Mais heureusement, comme les copains
J’avais pas mangé tout mon pain
Au milieu de ma vie… J’ai encore appris
Ce que j’ai appris?… ça tient en trois-quatre mots

Le jour où quelqu’un vous aime… il fait très beau
Je peux pas mieux dire… il fait très beau
C’est encore ce qui m’étonne dans la vie
Moi qui suis à l’automne de ma vie
On oublie tant de soirs de tristesse
Mais jamais un matin de tendresse
Toute ma jeunesse, j’ai voulu dire: « Je sais »

Seulement, plus je cherchais et puis moins je savais
Y’a cinquante coups qui ont sonnés à l’horloge
Je suis encore à ma fenêtre, je regarde et je m’interroge
Maintenant, je sais… Je sais qu’on ne sait jamais

La vie, l’amour, l’argent, les amis et les roses
On ne sait jamais le bruit, ni la couleur des choses
C’est tout ce que je sais… mais ça je le sais!

Chanson : Ma France, de Jean Ferrat

Article mis à jour le 30 décembre 2011

De plaines en forêts de vallons en collines
Du printemps qui va naître à tes mortes saisons
De ce que j’ai vécu à ce que j’imagine
Je n’en finirai pas d’écrire ta chanson
Ma France

Au grand soleil d’été qui courbe la Provence
Des genêts de Bretagne aux bruyères d’Ardèche
Quelque chose dans l’air a cette transparence
Et ce goût du bonheur qui rend ma lèvre sèche
Ma France

Cet air de liberté au-delà des frontières
Aux peuples étrangers qui donnait le vertige
Et dont vous usurpez aujourd’hui le prestige
Elle répond toujours du nom de Robespierre
Ma France

Celle du vieil Hugo tonnant de son exil
Des enfants de cinq ans travaillant dans les mines
Celle qui construisit de ses mains vos usines
Celle dont monsieur Thiers a dit qu’on la fusille
Ma France

Picasso tient le monde au bout de sa palette
Des lèvres d’Éluard s’envolent des colombes
Ils n’en finissent pas tes artistes prophètes
De dire qu’il est temps que le malheur succombe
Ma France

Leurs voix se multiplient à n’en plus faire qu’une
Celle qui paie toujours vos crimes vos erreurs
En remplissant l’histoire et ses fosses communes
Que je chante à jamais celle des travailleurs
Ma France

Celle qui ne possède en or que ses nuits blanches
Pour la lutte obstinée de ce temps quotidien
Du journal que l’on vend le matin d’un dimanche
A l’affiche qu’on colle au mur du lendemain
Ma France

Qu’elle monte des mines descende des collines
Celle qui chante en moi la belle la rebelle
Elle tient l’avenir, serré dans ses mains fines
Celle de trente-six à soixante-huit chandelles
Ma France